Arbre de la vie

L’allégorie « de l’arbre de vie » pourrait définir ce que nous sommes et surtout ce que nous voulons être pour servir nos ainés. Elle illustre la nature biologique de toute organisation humaine et en particulier l’entreprise.

L’organisation humaine désigne en premier lieu « le résidant en EHPAD », qu’il soit autonome ou dépendant, atteint de troubles cognitifs ou non, mais également ses proches ainsi que les membres des équipes présentes.

L’arbre s’enracine dans la terre associée aux valeurs culturelles fondamentales :

  • la liberté des individus de penser et d’agir pour le progrès de tous ;
  • he
  • l’acceptation de l’altérité et le respect de chacun dan sa spécificité ;
  • la volonté de paix dans la dignité.

Les racines de l’arbre pourraient être l’histoire de notre Groupe, l’histoire de chacun, de manière singulière, complexe et unique. Le Groupe OMEGA émane des qualités de son PDG : de son sens de l’action et son esprit constructif, de sa vision anticipatrice associée à une forme de raisonnement synthétique, enfin de son sens de la responsabilité collective et d’un goût affirmé pour le travail en équipe. Sa capacité à gérer des processus collectifs, à mobiliser et motiver les autres, à écouter et à générer la confiance favorisent la fédération des équipes et la réalisation des projets.

La chaleur humaine, la bonté, la compassion sont comme la sève de l’arbre ; en approfondissant les liens avec les autres, elles donnent une valeur à la vie et concourent à la rendre plus heureuse. Après la terre, les racines, la sève représente notre énergie collective au service de nos ainés. Cette énergie vitale s’appuie sur les paradoxes issus des racines et de la terre pour aller vers la cime et la lumière.

En adoptant une attitude volontairement positive, en assumant notre responsabilité sociale, sociétale et environnementale, nous choisissons la synergie des paradoxes gagnants en cherchant à concilier dans chacun de nos établissements les progrès économiques et les progrès humains. Dans cette perspective, nous intégrons les conséquences de nos actions dans notre environnement et développons le lien social avec nos collaborateurs, nos partenaires, nos clients, les pouvoirs publics et la société civile.

La sève permet la formation d’un tronc central solide et le développement équilibré de toutes les ramifications. Une nouvelle énergie issue de la sève renouvelle l’énergie du progrès, progrès nourrit par l’altérité. Celle-ci permet la reconnaissance de la complémentarité entre les savoir faire et les savoir-être, entre le talent individuel et l’esprit d’équipe : « il n’y a pas d’individu génial, il n’y a que des équipes géniales ».

Le tronc porte les branches de toutes les actions contributives au progrès de l’arbre ; plus il est robuste et résistant, plus il permet la croissance harmonieuse et équilibrée de l’arborescence. Parallèlement, le tronc ne peut vivre que s’il est assez tendre pour faire craquer son écorce de certitudes et recevoir les expériences nouvelles des branches confrontées à leur environnement.

Le coeur de l’arbre cultive le paradoxe de la double exigence, à la fois dense et vivant, ni dur ni inerte, ferme et résistant pour transmettre, soutenir le développement durable. Tendre et vivant pour s’enrichir de la périphérie, croître et innover. Les branches sont alors les chemins du progrès, les actions de chacun, les prises de risque, les choix et les implications personnelles qui contribuent à la réalisation d’un projet commun. Ils sont l’empreinte et la contribution durable des individus et des équipes à un projet global.

Les résultats du progrès sont les bourgeons, feuilles, fleurs et fruits. Ainsi les résultats de l’action sont le fruit du travail, les conséquences voulues et perçues de toute action individuelle ou collective, au fil du temps ; chaque étape est une promesse contributive à la construction quantitative et qualitative du résultat ; le résultat annuel devient une étape dans le processus du progrès durable.

Enfin, les graines sont le devenir du progrès. Le paradigme de la graine c’est à la fois vivre chaque jour autrement, s’adapter, accepter le changement, avoir le courage de remettre en cause son modèle actuel de progrès et rester soi même, assurer la pérennité de l’oeuvre entrepreneuriale à travers les contraintes et opportunités du futur.

En somme, la « finalité » de l’arbre peut être l’économie matérielle et l’économie de la relation. En référence à notre activité, l’économie matérielle est celle de la production, l’échange et la consommation de services immatériels.

L’économie de la relation s’entend comme celle de la relation humaine ; sensible à la qualité et l’authenticité, elle consomme des ressources rares que sont le temps, l’énergie émotionnelle ou l’information.


La première est indispensable à la continuité de l’entreprise et source de progrès. La seconde a une finalité plus large ; le plaisir de se réaliser et de participer à un projet, la création de liens, la motivation des personnes et des équipes… La valeur ajoutée humaine ainsi obtenue dépasse le seul résultat financier ; elle-même est créatrice de croissance et de progrès durable.

L’arbre, entre force et faiblesse recherche la lumière, c’est « l’immanence » mais c’est la lumière de la lumière, « l’alpha et l’oméga », la « transcendance » qui dynamisent l’énergie de l’univers au-delà du vivant.

La métaphore de l’arbre de vie appliquée à nos EHPAD invite chacun à construire sa propre arborescence, selon son propre caractère, ses racines et ses rêves.

Elle nous permet surtout de mettre un socle de valeurs, d’identifier le sens vers lequel nos actions tendent et de comprendre nos finalités, afin d’apporter une valeur ajoutée à la vie de nos aînés.

Valeur ajoutée dans le « prendre soin de la vie, de la vie de chacun et de la vie avec tous … »